carabin


carabin

carabin [ karabɛ̃ ] n. m.
• 1803; carabin de Saint Côme « élève chirurgien » 1650; « cavalier » 1575; p.-ê. de escarrabin, mot du Midi, de la famille de escarbot « nécrophore », par métaph.
Fam. et vieilli Étudiant en médecine.

carabin nom masculin (peut-être altération du moyen français escarrabin, ensevelisseur de pestiférés) Aux XVIe et XVIIe s., soldat de la cavalerie légère. Familier. Étudiant en médecine.

⇒CARABIN, subst. masc.
A.— Vieux
1. Soldat armé d'une carabine, chargé de harceler l'ennemi.
P. ext. Personne qui agit sans esprit de suite; en partic. ,,Homme qui, dans une conversation, dans une dispute, ne fait que jeter quelques mots vifs, et puis se tait, ou s'en va`` (Ac. 1835-78). Il a tiré son coup en carabin (Ac. 1835-78).
JEUX. Celui qui hasarde volontiers un coup sans prendre une part suivie au jeu.
2. P. anal. ,,Garçon chirurgien qui ne restait que quelque temps dans le même hôpital`` (Ac. 1932).
B.— Usuel, fam.
1. Étudiant en médecine :
1. Je ne récrirai pas ma vie elle est devant moi sur la table
Elle est comme un cœur de chair arraché pantelant lamentable
Un macchabée aux carabins jeté pour la dissection.
ARAGON, Le Roman inachevé, 1956, p. 93.
[P. réf. à l'esprit, aux mœurs, aux traditions partic. de ces étudiants] Blague, plaisanterie, gouaillerie, audaces, inconscience de carabin; mystification de salle de garde et de carabin :
2. ... son mépris des hommes, de leurs vices, de leurs malheurs, s'envenime avec l'âge et les forfanteries de carabin qui l'ont aidé si longtemps ne suffisent plus à le rassurer.
BERNANOS, Un Mauvais rêve, 1948, p. 934.
Emploi subst. apposé :
3. L'esprit carabin se perd, mon ami; on nous remplace par des types à lunettes, des coupeurs de fil en quatre, des physiciens, des chimistes...
BERNANOS, Monsieur Ouine, 1943, p. 1405.
Emploi adj. :
4. Tu me trouvais un peu carabin. Je dégradais mon intelligence en laissant s'atrophier en moi les qualités délicates de la vie affective.
BARRÈS, Leurs figures, 1901, p. 295.
2. Péj., plus rare. Médecin :
5. — Quatre jours! maugréa le chevalier dès que le docteur fut parti, c'est impossible; ce carabin veut ma mort.
THEURIET, Le Mariage de Gérard, 1875, p. 189.
Rem. On rencontre ds certains dict. a) Le subst. fém. pop. carabine, désignant la maîtresse d'un carabin ou, p. ext., la maîtresse d'un étudiant. Attesté ds Lar. 19e, GUÉRIN 1892 ainsi que LARCH. 1872, FRANCE 1907 et ESN. 1966. b) Le subst. fém. carabinade, fam., inus. Farce, plaisanterie de carabin, d'étudiant en médecine. Il a fait une carabinade, et s'en est allé (Ac. 1835-78). Attesté ds tous les dict. du XIXe s., ds Lar. 20e et Lar. encyclop.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1583-90 carabin « soldat de cavalerie légère » (BRANTÔME, Capitaines estrangers, le duc d'Albe, I, 106 ds HUG.), terme hist. dep. Trév. 1704; d'où p. métaph. iron. 2. 1650 carabin de St Côme [patron des chirurgiens] « chirurgien » (L. RITHER, L'Ovide bouffon, 2, 109 ds QUEM.); p. ext. 3. 1803 carabin « étudiant en médecine » (Courrier des spectacles, 24 pluviose an XI ds Fr. mod., t. 13, p. 291). Orig. incert.; 1 est peut-être une altération du m. fr. (e) scarrabin « ensevelisseur des pestiférés » (dep. 1521, Arch. munic. de Montélimar ds GDF.; devenu carabin au XVIIe s., ibid.), mot qui appartient prob., p. métaph. iron., à la famille de escarbot, certains de ces insectes fouillant la terre ou le fumier (v. FEW t. 11, s.v. scarabaeus; BL.-W5; DAUZAT 1973; EWFS2); l'évol. sém. s'explique prob. par la réputation qu'avaient les soldats carabins de faire rapidement passer leurs ennemis de vie à trépas. 2 est issu de 1 en raison de la mauvaise renommée des chirurgiens et parce qu'ils faisaient penser à des soldats enrôlés sous la bannière de St Côme, leur patron. Fréq. abs. littér. :61. Bbg. BROSSOLLET (J.). Sur qq. traces des anc. épidémies de peste ds la lang. et la lég. Vie Lang. 1971, p. 101. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 3. — POHL (J.). Contribution à l'hist. de qq. mots. Fr. mod. 1963, t. 31, p. 300 (s.v. carabinade). — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 116, 380; t. 2 1972 [1925], p. 342; t. 3 1972 [1930], p. 107.

carabin [kaʀabɛ̃] n. m. et adj.
ÉTYM. 1803; « cavalier », v. 1585; carabin de Saint-Côme « élève chirurgien », 1650; p.-ê. de escarrabin « ensevelisseur de pestiférés », mot du Midi, de la famille de escarbot « nécrophore », et, par métaphore, « soldat de cavalerie légère »; pour P. Guiraud, carabin ne peut, pour des raisons chronologiques, être rattaché à escarrabin; mais la relation entre les sens 1 et 2, bien établie, est d'ordre métaphorique.
1 Anciennt. Soldat de cavalerie légère, au XVIe siècle. || L'arquebuse longue ou carabine (1.), arme du carabin.
2 (1803). Mod., fam. Étudiant en médecine.REM. Le mot n'a pas normalement de féminin, à cause de l'homonymie avec carabine; on dira : elle est carabin.
1 Le Dr Fiessinger prétend que son goût pour les blanchisseuses et les boniches provenait d'anciennes habitudes de carabin.
A. Billy, Sainte-Beuve, sa vie et son temps, I, Le romantique, 6, p. 51.
(Par référence à l'esprit, aux traditions propres à ces étudiants). || Farce, plaisanterie, blague de carabin, de goût plus ou moins macabre ou obscène. || Chansons de carabins.
En appos. (ou adjectif) :
2 J'ai été (…) externe, un simple externe, mais qui n'avait pas les yeux dans sa culotte, un débrouillard, quoi, un vrai carabin… L'esprit carabin se perd, mon ami; on nous remplace par des types à lunettes, des coupeurs de fil en quatre (…)
Bernanos, Monsieur Ouine, in Œ. roman., Pl., p. 1405.
3 Baudelaire (…) a dû plus d'une fois longer les anciens bâtiments de l'École (de Médecine). Rien ne s'oppose donc à l'idée qu'ayant eu très jeune l'odorat offensé par ces odeurs, elles lui aient inspiré les vers de la Charogne. L'élément « carabin » qu'on découvre dans son œuvre vient de là.
Francis Carco, Nostalgie de Paris, p. 52.
DÉR. (Du sens 1.) Carabine.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • carabin — 1. (ka ra bin) s. m. 1°   Soldat de cavalerie légère au XVIe siècle. •   Vous êtes obligée de n exposer pas davantage à la funeste adresse d un carabin tant de vertus naturelles et acquises, civiles et militaires, BALZ. Disc. à la rég.. •   D une …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Carabin — Un carabin est à l origine un soldat armé d une carabine et désigne également un étudiant en médecine. Sommaire 1 Histoire 2 Sens contemporain 3 Liens internes 4 Liens externes …   Wikipédia en Français

  • carabin — Carabin. s. m. Cavalier qui porte une carabine. Capitaine de Carabins. Mestre de camp des Carabins. Il se prend aussi figur. Pour un homme qui fait promptement ce qu il a à faire, & puis s en va comme les Carabins ont accoustumé de faire à la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Carăbin — (spr. Karabäng, fr.), 1) so v.w. Carabinier; 2) zaghafter Spieler im Hazardspiel, der nur ab u. zugeht, nicht Stand hält, wenig wagt; 3) Stichler in Reden, der sich davon macht, wenn ihm aus seinen Worten eine Gefahr erwächst; daher Carabinade,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Carabin — (frz. –bäng), ein zaghafter Hazard (Glück ) spieler; ein Stichler; Carabinade, zaghaftes Spielen; Sticheleien …   Herders Conversations-Lexikon

  • Carabin — Surtout porté en Moselle, le nom se rencontre aussi en Guadeloupe. Il peut s agir d une variante de Carrabin (voir ce nom), ou d un terme ayant désigné un soldat de cavalerie légère utilisant une arbalète (seul problème, le nom n apparaît avec… …   Noms de famille

  • carabin — I. CARABIN. s. m. Cavalier qui porte une carabine. Capitaine de Carabins. Mestre de Camp des Carabins. Aujourd hui on dit Carabinier.Carabin, se dit figurément d Un homme qui se contente de hasarder quelque chose au jeu, et qui se retire aussitôt …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • CARABIN — s. m. Il se disait d Un cavalier qui portait une carabine. Capitaine de carabins. Mestre de camp des carabins. CARABIN, se dit, figurément et familièrement, d Un homme qui se contente de hasarder quelque chose au jeu, et qui se retire ensuite,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CARABIN — n. m. Ancien nom d’un soldat de cavalerie qui portait une carabine et que l’on employait d’ordinaire dans les reconnaissances, les escarmouches, etc. Il se dit, figurément et familièrement, de Celui qui se contente de hasarder quelque chose au… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • CARABIN — s. m. Frater, garçon chirurgien. Il ne s emploie aujourd hui que dans le langage familier et par dénigrement, pour désigner, Un étudiant en médecine …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)